Il n'est pas nécessaire de souffrir pour apprendre

La souffrance n'est pas nécessaire pour apprendre.

Nous avons dans notre paradigme, tout un tas de croyances, programmes, acquis durant l'enfance ou transmis génétiquement par nos ancêtres selon lesquels, il faut souffrir dans la vie, ou bien encore "on n'a rien sans rien" ou " la vie est dure, il faut se battre"...

Ces programmes nous plongent dans un état de lutte permanent voire de survie et engendrent en effet de grandes souffrances que nous regrettons amèrement ou que nous attribuons à la fatalité.

Nous créons ce que nous sommes.

Sans révisions et remplacements de ce type de programmes , nous créons encore et encore les mêmes schémas limitants qui engendrent davantage de souffrances, qui à force d'être ignorées finissent par se transformer en maux physiques et maladies.

Ce à quoi l'on résiste , persiste.

Nous traversons une grande période d'introspection et tout ce à quoi nous sommes confrontés, aussi douloureux soit-il, vient nous refléter nos limites, nos zones d'ombre afin de les éclairer et les transcender

Une fois ces limites identifiées et comprises il devient alors possible de les accepter, les libérer et les remplacer.

L'intention de vivre une vie heureuse, épanouie, équilibrée , dans le respect de soi et des autres , est le moteur qui génère de grandes forces de transformations.

Poser cette intention reviens à envoyer le signal que nous sommes prêts pour le changement et la croissance. Chacun a le choix.

Il n'est pas nécessaire de souffrir dès lors que nous acceptons cette transformation et nous en remettons à l'énergie d'amour inconditionnel.

Croire viscéralement que la vie est belle, épanouissante, abondante en dépit des critiques de notre petite voix intérieure qui ne fait que nous sussurer à l'oreille tout ce qui nous manque, tout ce qu'on a raté, tout ce que l'on regrette et nous place dans un éternel rôle de victimes bourrées de limites:

"oui mais moi ceci" " oui mais toi cela"

tel est notre pouvoir.

Rien ni personne ne peut l'affirmer à notre place.

Alors

excuses ou intentions?

victimes ou créateurs?

vulnérables ou sages ?

souffrance ou apprentissage?

Nous avons le choix.

Allons travailler, libérer ces programmes erronés, faisons de la place pour accueillir le meilleur.

Thetasavasana.com


12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout